Les différentes face de la gastro

Article sur la gastro-entérite.

461098_946555732_smiley-pret-vomir-refg134_h093404_l

Par: Rodérick Bouchard
B.Sc., Microbiologiste Agréé

Introduction

Le temps des fêtes est synonyme de joie, de vacances et de temps en famille. Cependant, il vient parfois aussi avec des maladies tels que le rhume, la grippe et la gastro-entérite. Nous avons déjà parlé du rhume et de la grippe dans les articles précédents, celui-ci vous parlera donc de la gastro. Nous regarderons cette maladie de plus près afin de savoir ses origines, son mode de transmission, la prévention et les traitements possible de la maladie.

Qu’est-ce que la gastro et ses causes?

La gastro-entérite est définie comme étant un syndrome caractérisé par des symptômes gastro-intestinaux incluant la nausée, le vomissement, la diarrhée et les crampes abdominales. Elle est aussi connue sous les noms de gastro, grippe intestinale ou empoisonnement alimentaire (gastro-entérite bactérienne ou toxique).

Maintenant que nous avons défini ce qu’est cette maladie, voici une petite question pour vous: Est-ce que la gastro est d’origine virale ou bactérienne?

Si vous avez répondu l’une ou l’autre de ces réponses, sachez que celle-ci est bonne, mais incomplète. En effet, les causes de cette maladie peuvent être soit d’origine virale, bactérienne ou même parasitaire. Effectivement, les bactéries du genre Salmonelle, E. Coli, Vibrio, Yersinia, C. difficile, Shigella et Campylobacter peuvent provoquer la maladie. De plus, il y a plusieurs types de virus qui peuvent aussi provoquer la maladie, c’est d’ailleurs la cause principale de la gastro, soit 66% des gastro- entérites risquent d’être d’origine virale. Parmi ces virus, il y a les rotavirus, les norovirus, les adénovirus, les calicivirus et les astrovirus. Finalement, il y a les parasites et les amibes comme Entamoeba histolytica, Cryptosporidium et Giardia.

L’origine et le mode de propagation de la gastro (bactérienne)

Tout d’abord, pour ce qui est des bactéries, elles sont la principale cause de la contamination alimentaire. En effet, une infection alimentaire bactérienne peut se faire de trois façons. Premièrement, il se peut que cela se fasse par ingestion d’aliments contaminés par une toxine. Certaines bactéries produisent des toxines dans les aliments, avant qu’ils soient consommés. Ces toxines sont capables de résister à la chaleur et provoqueront les symptômes de la maladie afin d’éliminer celle-ci de l’organisme.  Ensuite, il y a les aliments contenant des bactéries qui produiront des toxines une fois rendu dans l’intestin. Finalement, la dernière possibilité est que les bactéries se rendent par le biais d’aliments contaminés dans la paroi de l’intestin, provoquant ainsi des diarrhées inflammatoires.

L’origine et le mode de propagation de la gastro (parasitaire)

Ensuite, il est bon à savoir que la gastro fait par contact avec un parasite est un phénomène plus rare au Canada, ce type d’infection est plus fréquente dans les pays tropicaux et en voie de développement. Ce type de gastro provoquera des diarrhées avec du saignement dans les selles.

Les parasites se retrouvent dans la nature sous forme de kyste. Cette forme fait en sorte que ces parasites sont très résistants. En effet, ils peuvent se retrouver dans la nourriture et les eaux contaminées. Une fois ingérer, les kystes arrivent au niveau des intestins et y subissent un désenkystement, procédé par lequel les parasites vont être libérés dans l’organisme. Ensuite, ils sont en mesure de se multiplier et s’attacher au niveau de la paroi intestinale par un phénomène de succion. Cette action vient perturber les cellules de la muqueuse intestinale ainsi que la fonction d’absorption des intestins, provoquant ainsi la diarrhée. C’est par ce procédé que les parasites quittent l’organisme, ils se remettent en forme de kyste et sortiront par les selles.

L’origine et le mode de propagation de la gastro (virale)

Finalement, la gastro la plus présente par chez nous est celle d’origine virale. En effet, plus de 66% des gastros tombent dans cette catégorie. Les familles de virus qui donnent la gastro sont plus fréquentes dans l’environnement en automne et en hiver. Comme vous avez pu voir dans les articles du rhume et de la grippe, les saisons froides n’avantagent pas notre système immunitaire. En effet, les muqueuses de notre nez fonctionnent au ralenti en climat froid, augmentant ainsi les chances du virus à entrer dans nos voies respiratoires. De plus, l’hiver fait en sorte que nous restons plus souvent à l’intérieur. L’air circule moins étant donné qu’on n’ouvre pas les fenêtres. Cela fait en sorte que nous entrons en contact avec plus de personne dans ces espaces, particulièrement durant le temps des fêtes.

Ces conditions font en sorte que les virus peuvent se propager plus facilement. De ce fait, ceux-ci vont atteindre les cellules intestinales, les infecter pour finalement se reproduire à l’aide de celles-ci. Par la suite, les virions sont relâché dans la nature par les selles et les vomissements.

En résumé, la gastro nous concernant le plus est celle d’origine virale. Cependant, celle d’origine bactérienne est la principale cause de contamination alimentaire. Pour ce qui est responsable de la maladie, il y a deux modes de propagation:

  1. L’intoxication alimentaire. En ingérant de l’eau ou des aliments contaminés. (Origine bactérienne ou parasitaire)
  2. Par voie oro-fécale. En entrant en contact directement ou indirectement avec une personne contaminée ou avec les gouttelettes dans l’air ou sur les surfaces. Celles-ci sont expulsées par le vomissement. (Origine virale principalement et la plus fréquente, cependant les autres peuvent être transmises par ces voies aussi.)

Prévention de la gastro

Malheureusement, vu les nombreux pathogènes capables de donner la maladie, il n’y a pas de vaccin qui peut nous protéger de la gastro à 100%. Cependant, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de moyen de prévention. Effectivement, comme nous avons vu dans la section précédente, il y a deux modes de propagations. En adoptant certains comportements, on peut prévenir la contraction de cette maladie.

Pour ce qui concerne les virus, voici un fait intéressant: Les virus causant la gastro chez les adultes et les enfants ne sont pas les mêmes. Effectivement, les rotavirus sont les principaux responsables de la gastro chez les enfants alors que les norovirus et les calicivirus sont les principaux responsables chez les adultes. Pour réduire le risque de maladie chez les jeunes enfants, il existe un vaccin pour les rotavirus.

De plus, si vous partez en voyage, renseignez-vous sur les vaccins que vous devriez prendre. Les flores bactériennes et les types de virus ne sont pas pareils d’un pays à l’autre, il serait bon de prendre ces renseignements avant de partir.

Pour les infections qui pourraient venir de la nourriture, voici ceux que nous pouvons vous recommander:

Précaution à prendre avec la nourriture

  • Éviter les viandes saignantes, bien faire cuire les viandes, en particulier celle de bœuf et la volaille.
  • En voyage, tenez-vous loin de certains fruits de mer tels que les huîtres et certains crustacés par exemple, surtout si vous n’êtes pas habitués
  • Se laver les mains avant de cuisiner quoique ce soit.
  • Ne pas cuisiner sur une surface qui est entrée en contact avec de la viande ou de la volaille crue (utiliser une planche pour découper la viande crue et une autre pour les légumes).
  • S’assurer que l’eau que vous buvez est potable, surtout à l’extérieur. Il se peut qu’une étendue d’eau soit contaminée. De plus, il se peut aussi que des fruits dans certaines régions ne soit pas comestibles. Bien se renseigner pourrait vous sauver des ennuis lorsque vous êtes à l’extérieur
  • Rincer à l’eau du robinet les fruits et légumes qui sont consommés frais.
  • Se fier à votre sens du goût et votre corps. Si vous vous sentez mal après avoir mangé une bouchée ou bu une gorgée d’une boisson, ne vous forcez pas à continuer.
  • Bien nettoyer les ustensiles de cuisine après les avoir utilisés
  • Pendant les fondus et les trempettes, éviter de mettre les morceaux deux fois dans la sauce. À la minute que la nourriture se rend à votre bouche, ne retrempez pas le même morceau.

 

La gastro à la maison

Si jamais vous avez à faire face à une épidémie de gastro, voici quelques trucs pour éviter la propagation du virus.

  • Se laver les mains le plus souvent possible pour tous les occupants non-contaminés. Les personnes malades devraient le faire aussi, avec leur propre savon.
  • Si vous avez plusieurs salles de bain, faites-en sorte que les personnes malades se servent d’une salle de bain et que les personnes saines se servent de l’autre. La raison est que le virus sera dégagé par les selles et les vomissements, alors cette séparation peut vraiment réduire le risque de propagation du virus.
  • Si cela n’est pas possible et que le nettoyage par le patient une fois en santé est impossible, le nettoyage régulier de la salle de bain à l’aider de gants et de masque sera de mise.
  • Faites-en sorte de limiter les déplacements du patient le plus possible. Si vous les limitez à une pièce ou deux dans la maison, vous diminuerez les chances de propagation du virus. De plus, cette personne a besoin de se reposer et devrait essayer de limiter ces mouvements dans la maison pour son propre bien et celui des autres.
  • Évitez complétement d’être en contact avec les personnes et les objets que ces personnes auraient pu toucher. Utilisez une paire de gants jetable et un masque si vous avez à déplacer les objets d’une personne malade.

Traitement

Il se peut que malgré toutes ces précautions, vous attrapiez quand même la gastro étant donné que le virus est très contagieux. Si c’est le cas, sachez qu’il n’y a pas vraiment de traitement pour la gastro bactérienne ou d’origine virale. Celle d’origine parasitaire peut perdurer jusqu’à plus de 10 jours et provoquer du saignement dans les selles. Celle-ci doit être traiter avec l’antibiotique adéquat au besoin (rarement prescrit pour une gastro d’origine bactérienne). Cependant, ce sont des cas beaucoup plus rares ici.

Dans les cas les plus communs, les traitements visent à atténuer les symptômes. Voici une liste de trucs  à faire si vous êtes malades.

  • Rester hydrater. Buvez à votre soif et selon votre capacité. Il est important de rester hydrater pendant une gastro car les diarrhées causées par cette maladie peuvent entraîner de la déshydratation qui peut amener à des complications. Cependant, vous ne devez jamais vous forcez à boire ou manger si vous ne vous en sentez pas capable. Pour l’eau, si vous avez de la difficulté à boire, essayez de sucer des glaçons.
  • Se reposer car le sommeil vous aidera pour le combat contre la maladie.
  • Prendre des médicaments anti-vomissement et anti-diarrhéiques. Consulter votre pharmacien au besoin.
  • La première journée, il se peut que l’on ne puisse pas manger. Cependant, on réintroduit l’organisme à la nourriture tranquillement. Suivez votre appétit et ne vous forcez pas, pareil pour les boissons.

Est-ce que je devrais manger pendant une gastro?

Il est important de garder ses forces durant la maladie. Voici un petit guide pris sur le site du gouvernement du Québec afin de savoir ce que l’on devrait manger et éviterait de manger pendant la maladie. N’oubliez pas que vous ne devez pas vous forcer à manger, regarder selon votre appétit et votre seuil de tolérance.

Aliments à privilégier

  • les pâtes alimentaires;
  • le riz;
  • les viandes maigres;
  • le poisson cuit avec peu de matières grasses;
  • les œufs;
  • les fruits frais ou en conserve dans leur jus;
  • les légumes cuits;
  • les céréales non sucrées;
  • le pain.

Si vous les tolérez bien, vous pouvez aussi consommer :

  • du yogourt maigre;
  • du fromage à teneur réduite en gras.

Aliments et boissons à éviter

  • les jus de fruits qui contiennent beaucoup de sucre et les boissons aux fruits;
  • les boissons pour sportifs de type Gatorade;
  • les bouillons et soupes en sachet ou en conserve;
  • les boissons gazeuses, même dégazéifiées ainsi que les boisson contenant de la caféine
  • les aliments frits ou très gras (croustilles, pommes de terre frites, charcuteries, pâtisseries);
  • la crème glacée, les sorbets, les sucettes glacées et les gelées (comme le Jell-O);
  • les fruits séchés, les fruits en conserve dans un sirop;
  • les céréales sucrées;
  • les bonbons, le chocolat;
  • les aliments très épicés.

Nous vous laissons un lien gouvernemental parlant de solutions de réhydratation pendant une gastro

http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/se-rehydrater-pendant-une-gastro-enterite/

Population à risque

  • Les jeunes enfants à la garderie et les personnes âgées vivant en résidence sont plus à risque, tout comme les adultes en santé qui travaillent en milieu hospitalier.
  • Les personnes qui voyagent en Amérique latine, en Afrique ou en Asie sont plus à risque de développer une gastro-entérite d’origine bactériennes.
  • Les femmes enceintes, les personnes atteintes d’une maladie chronique comme le diabète font partie des personnes qui risquent de présenter des complications en cas de gastro-entérite.
  • Sous ses différentes formes, la gastro affecte plusieurs millions de personnes par année. Plusieurs d’entre elles ne présentent aucun symptôme.

Symptômes

Pour ce qui est des symptômes, les principaux associés à la gastro-entérite sont les suivants :

  • diarrhée : au moins 3 selles liquides ou semi-liquides par période de 24 heures ou selles plus abondantes et plus fréquentes que d’habitude;
  • crampes abdominales;
  • nausées;
  • vomissements.

D’autres symptômes peuvent aussi parfois apparaître :

  • fièvre légère;
  • mal de tête;
  • douleurs musculaires.

Les symptômes de la gastro-entérite durent habituellement de 24 à 72 heures. Ils peuvent toutefois durer jusqu’à 10 jours si la gastro-entérite a débuté pendant un voyage à l’étranger ou au retour du voyage.

Complications

Les enfants et les adultes peuvent présenter des complications dû à cette maladie. Si vous voyez quelqu’un présenté les symptômes suivants, vous devez consulter un médecin.

Chez le nourrisson si les symptômes persistent et s’il y a :

  • Des signes de déshydratation graves (yeux cernés, bouche sèche, absence de larmes etc…) ;
  • Du sang dans selles ;
  • Des signes de léthargie ;
  • Des vomissements continus pendant plusieurs heures ;
  • De la fièvre supérieure à 38,5°C ;
  • Des troubles de la respiration.

Chez l’adulte, pour les cas suivants :

  • Signes évidents de déshydratation malgré l’effort de réhydratation (voir plus haut) ;
  • Impossibilité d’uriner pendant plus de 12 heures ;
  • Sang dans les vomissements ;
  • Sang dans les selles ;
  • Crampes abdominales aiguës pendant plus de 2 heures ;
  • Fièvre supérieure ou égale à 40°C.

Conclusion

Nous espérons que vous en avez un peu plus appris sur la gastro, ses origines et ses traitements. Ce qu’il y a d’important à retenir de cet article peut se résumer en ces quelques points :

  1. La gastro a trois types d’origine, soit bactérienne, virale ou parasitaire.
  2. Les modes de propagation de la maladie sont les suivants: intoxication alimentaire et par voie oro-fécale.
  3. Le type d’origine le plus commun est le type viral, soit plus de deux tiers des cas.
  4. Il n’y a pas de vaccin efficace contre la gastro étant donné les multiples origines de la maladie et plusieurs familles de virus qui sont impliqués.
  5. Il y a des actions qui peuvent prévenir la maladie.
  6. Connaître les différentes façons d’apaiser les symptômes et d’être capable de se nourrir pendant une gastro
  7. Savoir les symptômes et les complications qui peuvent survenir pendant la gastro

Si vous voulez plus de renseignement sur le sujet ou si vous avez des questions le concernant, vous pouvez communiquer avec moi par courriel à roderick@decontaminationquebec.com. Il me fera plaisir de répondre à vos questions et de mettre cet article à jour au besoin.

Bibliographie

MIMS,Cédric. PLAYFAIR, John. ROITT, Ivan. WAKELIN, Derek. WILLIAMS, Rosamund. Medical Microbiology. 2e édition. Mosby. 1998.p 253-284.

http://sante.gouv.qc.ca/problemes-de-sante/gastro-enterite/mise à jour en 2018, consulté de 09 mai 2018

http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/se-rehydrater-pendant-une-gastro-enterite/ mise à jour en 2018, consulté de 09 mai 2018

http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/s-alimenter-pendant-une-gastro-enterite/ mise à jour en 2018, consulté de 09 mai 2018

http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/prevenir-la-transmission-des-virus-et-des-bacteries/ mise à jour en 2018, consulté de 09 mai 2018

MMT, https://www.mmt-fr.org/maladies-virales/gastro-enterite/  , consulté le 09 mai 2018

Dr. LAROSE, Dominic, https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=gastroenterite_pm, mise à jour de août 2014, consulté le 10 mai 2018

Canalvie.com, http://www.canalvie.com/sante-beaute/sante/index-des-maladies/gastro-enterite-1.1028524, mise à jour en 2018, consulté de 09 mai 2018

NOTRE FAMILLE SNC, https://sante-guerir.notrefamille.com/sante-a-z/gastro-enterite-la-gastro-enterite-d-origine-parasitaire-o64296.html, mise à jour le 19 juin 2015 , consulté de 09 mai 2018

image tiré du site : http://sandrounette62.canalblog.com/archives/2016/03/06/33475799.html, consulté le 14 mai 2018

Détergent à lessive pour personnes allergiques: notre sélection.

Détergent à lessive pour les tissus et personnes allergiques

Détergent à lessive pour les tissus et personnes allergiques

Bonjour,

Il existe des détergents à lessive qui sont utilisés dans les milieux hospitaliers, notamment. Vous pouvez utiliser ces derniers si vous souffrez de problèmes d’allergie. Nous pouvons suggérer le même que celui utiliser dans les hôpitaux soit le « SPIN ». (Vous trouverez une photo ci-jointe.)

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question ou commentaire !

Cordiales salutations,

C’est difficile dans les hôpitaux

Article sur la C. difficile

Par: Rodérick Bouchard
B.Sc., Microbiologiste Agréé

La C.difficile, c’est quoi exactement?

On entend souvent parlée de la C. difficile, que ce soit dans les hôpitaux ou dans les médias. Il y en a même qui pense qu’elle ne frappe que les personnes des milieux défavorisés. C’est pourquoi il serait intéressant de regarder de plus prêt la cause de cette maladie à des fins informatives.

Premièrement, est-ce que c’est une bactérie ou un virus qui donne cette maladie?

Si vous avez répondu bactérie, vous avez la bonne réponse. Le C dans C. difficile  est là pour un genre de bactérie appelé Clostridium. C’est une bactérie à Gram positif . Vous pouvez voir dans les images ci-dessus qu’elle a une forme de bacille légèrement « gonflé » aux extrémités. Vous pourrez observé ci-dessous un tableau détaillant un peu plus la classification de cette bactérie.

 

Règne Eubacteria Famille Clostridiaceae
Phylum Firmicutes Genre Clostridium
Classe Clostridia Espèce Clostridium difficile
Ordre Clostridiales

Maintenant que nous savons un peu plus à quoi nous avons à faire, tentons de répondre à la question suivante:

Comment ce micro-organisme est responsable d’autant de problème?

La C. difficile est une bactérie qui a deux formes, une forme dîtes active et une autre dîtes inactive. La forme active de la bactérie à l’air libre ne survie pas très longtemps. Donc elle a peu de chance de causer l’infection. Le problème vient plus de la forme inactive de la bactérie. Voyez-vous, la C. difficile produit des endospores qui peuvent survivre beaucoup plus longtemps à l’air libre. C’est l’entrée en contact avec ces endospores qui cause l’infection. Ces endospores, une fois dans l’organisme, vont être en mesure d’y demeurer et si les conditions sont propices, elles risquent de passer en forme active. À ce moment là, elles pourront se multiplier dans l’organisme et de causer la maladie. La C. difficile est associé au type de gastro d’origine bactérienne.

Quelles sont ces conditions?

Un des mots clés ici est condition propice. En effet, au moment où vous lisez ce texte, il se peut que vous ayez du Clostridium difficile dans votre flore intestinale. Elle est retrouvée souvent dans la flore intestinale des enfants et parfois chez certains adultes. Voyez-vous, cette bactérie est considérée comme un pathogène opportuniste, car la flore intestinale de quelqu’un en santé est à l’équilibre, empêchant la C. difficile de se développer. Cependant, si une personne prend des antibiotiques, afin d’éliminer une infection bactérienne indésirable, il se peut que ceux-ci s’attaquent aussi aux bactéries de la flore intestinale. Il y a compétition entre les diverses bactéries de la flore intestinales et la prise d’antibiotique peut causer un déséquilibre de la flore qui permettra à la C. difficile d’obtenir les conditions de croissance nécessaire pour se développer dans l’organisme.

Cette bactérie produit des exotoxines. Deux classes ont été associés à cette bactérie, soit les cytotoxines et les entérotoxines. C’est la concentration élevée de ces toxines dans la flore intestinale qui va provoquer les symptômes associés à la C. difficile. Ces toxines vont causer du damage au niveau cellulaire de votre intestin, entraînant des inflammations et de l’accumulation de liquide, jusqu’à ce que ces cellules explosent et meurt,  libérant les nouvelles endospores de cette bactérie qui sortiront par le colon lors de la diarrhée et attendrons patiemment le prochain hôte, comme l’illustre l’image ci-dessous tiré du MÉDICALNEWSTODAY.

https://cdn1.medicalnewstoday.com/content/images/articles/289/289817/effect-of-c-difficile-on-gut-lining-cells.jpg

 Symptômes et traitement

Les symptômes de cette maladie les plus connues sont la fièvre, les crampes abdominales et la diarrhée. Le corps veut éliminer les responsables dans la flore intestinale. Dans certains cas, on peut retrouver dans les selles du mucus, du sang ou du pue. Un examen des selles permettra de confirmer s’il s’agit bien de cette bactérie. Une personne qui a déjà une vulnérabilité au préalable aura des symptômes plus prononcer. Ce qu’on n’entend par personne plus vulnérable dans ce cas-ci, pour donner quelques exemples:

  • Personnes en bas âges ou personnes âgées
  • Personnes ayant déjà une vulnérabilité au préalable à l’intestin
  • Personne immunodéprimé

Normalement, on se remet de cette maladie par soi-même. Si vous ne vous pouvez plus ou que l’on vous a confirmé que c’était bien cette bactérie est bien la cause de vos maux, votre médecin de famille peut vous prescrire un antibiotique spécifique, tant que la diarrhée persiste.

Cependant, si vous êtes dans un des groupes nommés ci-dessus et que les symptômes ne semblent pas se résorber, il serait important de consulter. Pendant le temps des diarrhées, assurez-vous d’être hydraté car votre corps perd beaucoup d’eau lors de cette phase.  Une personne en santé a peu de chance d’attraper la C. difficile, étant donné que c’est un pathogène opportuniste. Cependant, il y a des précautions que l’on peut prendre pour s’assurer de ne pas contracter cette maladie.

L’hôpital est le lieu le plus fréquent où la contracter.

Étant donné que d’habitude, lorsque l’on fait un séjour à l’hôpital, on n’est normalement pas au sommet de notre santé et qu’il se peut très bien que l’on nous donne des antibiotiques pour diverses raisons. De ce fait, c’est très possible que ce soit dans ces lieux que vous l’ayez contracté. Voici les mesures à prendre si vous visitez quelqu’un qui est à l’hôpital et qui a possiblement été infecté par cette maladie.

  • Laver vous les mains avant et après votre visite. Le lavage de main est la base ici et on ne vous le dira jamais assez. Si vous donnez des soins à cette personne, par exemple à sa requête pendant votre visite, lavez vos mains tout de suite après avoir donné ces soins ou petite attention.
  • Si vous n’avez pas été en contact direct avec la personne, vous n’êtes pas nécessairement sortie du bois. Des objets, tels que le robinet, la toilette ou la poignée de porte sont des objets à risque. C’est pourquoi il est bien important de se laver les mains après être sortie de la chambre, même si cela paraît un peu redondant. Exemple: Vous avez été aux toilettes dans la salle de bain d’un patient, vous vous lavez les mains dans la salle de bain et en sortant de la chambre par la suite.
  • On parle que si vous éternuez, toussez ou éternuez, vous devriez vous lavez les mains aussi
  • Évitez le contact avec les liquides biologiques de la personnes. Normalement, la chambre d’une personne infectée aura une affiche qui donnera les mesures mise en place pour prévenir la propagation de C.difficile où autres maladies susceptibles d’être contagieuse lors des visites. Si vous voyez ce genre d’affiche, même si cette personne est un être cher qui vous manque, éviter les contacts directs avec.

Si je ne suis pas à l’hopital?

Dans le cas où vous avez été mal chanceux et que vous avez ramenez cette bactérie en dehors de l’hôpital, les mesures du haut s’applique tout de même. De plus, vous pouvez ajouter celle-ci pour éviter la contamination.

  • Si vous avez plusieurs salles de bain chez vous, assigné en une à la personne malade.
  • Pour la personne malade, tentez de limiter vos déplacements dans la maison. Rester dans votre chambre.
  • Éviter les objets que la personne malade a touché, si vous devez entrer en contact avec ses objets, lavez-vous les mains après usage.

Résumé et conclusion

Pour résumé, la C. difficile est une bactérie qui profite d’une flore intestinale affaiblie ou en déséquilibre pour se multiplier et causer une maladie plutôt désagréable. Elle est souvent associée comme étant une infection nosocomiale, soit une infection contractée à l’hôpital car la nature d’un hôpital lui permet de remplir ces conditions de croissance dans l’organisme. Le but de cet article était de vous informer un peu sur la nature de cette bactérie, comment elle agit et comment se protéger de l’infection dû à cette bactérie. Les personnes en santé sont moins à risque mais officiellement, tout le monde peut attraper cette maladie si les conditions se présentent.

Si vous avez des questions concernant la C. difficile, ou sur d’autres infections causés par des bactéries, des virus ou des moisissures, vous n’avez qu’à nous contacter au numéro suivant: 418-476-0360 et il nous fera plaisir de répondre à tous autres questions ou à vous offrir nos services spécialisés.

Bibliographie

MIMS,Cédric. PLAYFAIR, John. ROITT, Ivan. WAKELIN, Derek. WILLIAMS, Rosamund. Medical Microbiology. 2e édition. Mosby. 1998. p.264-265

PADDOCK, Catherine. https://www.medicalnewstoday.com/articles/289817.php, publié le 23 février 2005, consulté de 18 janvier 2018

SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC. http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/prob_sante/nosocomiales/index.php?7-Quelles-sont-les-mesures-prises-pour-prevenir-la-transmission-a-lhopital, mise à jour en 2018 consulté le 18 janvier 2018

KUMM, Jaklyn. http://bioweb.uwlax.edu/bio203/s2009/kumm_jakl/classification.htm publié en avril 2009, consulté de 18 janvier 2018