Cladosporium: une moisissure faite forte

Article sur Cladosporium

Basé sur le diaporama de Cladosporium
Par: Rodérick Bouchard
B.Sc., Microbiologiste Agrée

Portrait de Cladosporium

Dans cet article, nous explorerons plus en détails le genre de moisissure Cladosporium. Cet article est séparé en deux sections car l’Institut National de Santé Publique du Québec (INSPQ) a identifié en particulier deux espèces de Cladosporium, soit Cladosporium cladosporioides et Cladosporium herbarum.

Pour vous donner une idée générale de Cladosporium, ce sont des champignons filamenteux imparfaits appartenant à la classe des Deutéromycètes. Ce genre comprend 40 espèces environ. Ils sont cosmopolites et ubiquitaires (air, sol, plantes, céréales, produits alimentaires, etc.), extrêmement communs surtout en zone tempérée. De plus, ils sont qualifiés comme étant saprophytes et phytopathogènes . Certaines espèces provoquent des allergies de type I et III ainsi que des mycoses. Finalement, on les retrouvent dans plusieurs habitations canadiennes (100% des sites examinés dans l’étude de INSPQ), d’où l’intérêt porté à cette moisissure.

1. Cladosporium herbarum : Portrait

L’espèce type est Cladosporium herbarum . Effectivement, cette espèce à elle seule contient plus de 30 variétés. Elle est reconnue pour être la colonisatrice la plus rapide des substrats morts, en particulier les matières végétales. De plus, elle est reconnue comme étant un parasite chez les végétaux. Nous pouvons retrouver cette espèce un peu partout. En effet, elle peut être dans l’air, l’eau, le sol, la nourriture et dans les végétaux. Elle pousse aussi sur des matériaux de construction tels que le bois, le cuir, les matériaux synthétiques, le papier, les châssis des fenêtres et les plâtres humides. Finalement, c’est l’un des mycètes qui a une bonne résistance aux rayons UV et au rayon gamma. On peut se servir en autre de ces moisissures pour tester la résistance des matériaux aux moisissures.

Voici des photos montrant la vision macroscopique et microscopique de C. herbarum

Sur la photo de gauche, on voit la croissance de C.herbarum sur un parchemin, dans celle de droite c’est une croissance sur milieu M2YA. Comme vous pouvez le constater, cette espèce a des colonies qui peuvent être vertes poudreuses à olive noire. Le revers de ces colonies est noires à vert-foncé.

Cladosporium herbarum vu d’un microscope optique

 

 

 

 

 

 

Conidie de Cladosporium herbarum vu d’un microscope optique.

2. Cladosporium cladosporioides – Portrait

Le C. cladosporioides est une espèce comptant une seule variété enregistré connu. On retrouve ce mycète dans le sol, l’eau, les produits alimentaires et les produits végétales en décomposition. De plus, celle-ci se retrouve aussi dans les matériaux de construction tels que le textile, la peinture murale et la pâte à bois et sur les châssis des fenêtres. Elle est utilisée pour tester la résistance des matériaux à la moisissure. Finalement, elle peut aussi pousser sur la poussière, servant ainsi de source de nourriture aux acariens.

Voici des photos montrant la vision macroscopique et microscopique de C. cladosporioides:

 

 

 

 

 

 

 

La photo de gauche montre une croissance de C. cladosporioides sur un parchemin tandis que celle de droite montre une croissance de celle-ci sur différents textiles. Nous observons que les colonies peuvent être marron-brun à verdâtre foncé avec des contours jaunes-orangé en vieillissant. Le revers de ces colonies est noire.

Condition optimale pour la croissance de Cladosporium

Les Cladosporium ont tous des conditions de croissance semblables, en ce qui attrait de la température, l’activité d’eau et de l’humidité. Tout d’abord, l’humidité élevé favorise la croissance. Ensuite, celle-ci peut avoir lieu à des températures entre 0°C et 35°C. La température optimale de croissance se situe entre 18°C et 28°C. Cette croissance peut aussi avoir lieu dessous du point de congélation, jusqu’à -10°C. De ce fait, les deux espèces vues ci-dessus sont aussi xérophiles et xérotolérantes, c’est-à-dire qu’elles peuvent survivre à des pressions osmotiques plus élevées que la normale où l’activité d’eau est plus faible. Cependant, des valeurs d’activité d’eau entre 0,86 et 0,88 permettront la croissance. Finalement, comme nous avons vu tantôt, Cladosporium n’est pas très difficile en matière de substrat.

Risque pour la santé lié au Cladosporium

Les spores de Cladosporium sont reconnues pour donner des réactions allergènes. En effet, Ils se retrouvent souvent dans les milieux intérieurs étant donné leur forte présence à l’extérieur, soit dans l’environnement. De ce fait, la présence de spores n’est pas nécessairement un problème, c’est la quantité retrouvée qui est importante. Si jamais vous voyez de la moisissure à l’œil nu, considérez cela comme un bon indicateur qu’il y a trop de moisissure dans votre domicile. Ce type de spore peut provoquer l’asthme et d’autres troubles respiratoires en grande quantité car les spores peuvent se rendre loin dans le tronc pulmonaire, jusqu’au alvéole. De plus:

  • C. herbarum peut causer aussi des infections fongiques sur la peau et les ongles
  • Les spores peuvent provoquer la sinusite, et des infections pulmonaires
  • Elle peut provoquer les irritations des yeux, du nez et de la gorge ainsi que provoquer des migraines car Cladosporium produit des toxines tel que la cladosporine et l’émodine.

Finalement, même si la plupart des Cladosporium ne sont pas pathogènes en eux-mêmes, certaines espèces le sont et ils peuvent être responsable d’infections dîtes opportunistes.

Comment reconnaître ou savoir si Cladosporium est dans mon logement?

Tout d’abord, il y a l’inspection visuelle des lieux. Regarder si vous voyez des taches semblables à celle montrée sur les photos ci-dessus dans une pièce de la maison, sur la nourriture ou sur les plantes. Ensuite, servez-vous de votre odorat. Si vous avez une pièce avec une odeur de moisi, de terre ou de renfermé, il se peut qu’il y ait présence de Cladosporium dans votre domicile ou d’autre moisissure. Finalement, si vous constatez que vous ou des occupants de votre domicile présentent des symptômes chroniques semblables à ceux nommé ci-dessus.

Ces trucs sont semblables dans tous les articles car ce sont des trucs pour identifier des moisissures. Vous ne pourrez pas confirmer à quel type de moisissure vous avez à faire sans analyse microscopique car certaines moisissures sont très semblables macroscopiquement. Exemple: Un endroit contaminé par des traces noire pourrait indiquer autant la présence de Penicillium, d’Aspergillus ou de Stachybotrys. Retenez que si la moisissure est visible, c’est signe qu’il y en a trop et que vous devriez l’enlevez immédiatement.

Conclusion

Nous espérons que cet article vous en a un peu plus appris sur Cladosporium. Si vous avez des doutes que votre habitation contient de la moisissure ou pour tout autre question concernant ce sujet, nous pourrons faire une évaluation à savoir s’il y a bien présence de Cladosporium ou d’autres genres de moisissures avec les tests appropriés à votre domicile. Notre équipe de professionnel sait comment confirmer la présence de moisissure et éliminer celle-ci sans risque pour votre santé.

Vous pouvez nous joindre par téléphone au (418) 476-0360 ou par courriel à infos@decontaminationquebec.com. Il nous fera plaisir de vous aider.

Bibliographie

Institut de santé centrale du Québec, https://www.inspq.qc.ca/moisissures/fiches/cladosporium-cladosporioides, https://www.inspq.qc.ca/moisissures/fiches/cladosporium-cladosporioides, pages consultés le 28-29 juin 2017, Mise à jour le 28 juillet 2016,

Dr Jackson Kung’u, Mold and Bactéria Consulting Laboratories, Cladosporium: A Trigger for Asthmatic Attacks, https://www.moldbacteria.com/mold/cladosporium.html, consulté le 29 juin 2017

Dr Jackson Kung’u, Mold and Bactéria Consulting Laboratories, Significance of Airborne Cladosporium in Indoor Air Quality, https://www.moldbacteria.com/mold/cladosporium.html, consulté le 29 juin 2017

Mérule expert: analyse diagnostic formation recherche, Cladosporium herbarum, http://www.merule-expert.com/moisissures.ws#AnchorB22770971, consulté le 28 et 29 juin 2017

Université de bretagne occidentale, Les fiches pratiques C. herbarum, http://www.univ-brest.fr/esiabscientifique/Mycologie/Les+fiches+pratiques/C.+herbarum, consulté le 28 juin 2017

Mycota, Cladosporium cladosporioides, http://mycota-crcc.mnhn.fr/site/espece.php?idE=101#ancre11, Cladosporium herbarum, http://mycota-crcc.mnhn.fr/site/espece.php?idE=102#ancre10, consulté le 28-29 juin 2017

Mycota, Cladosporium, http://mycota-crcc.mnhn.fr/site/genreDetail.php?num=10&n=Cladosporium, consulté le 05 avril 2018

 

 

 

 

Aspergillus: pathogène respiratoire

Article sur Aspergillus

Basé sur le diaporama d’Aspergillus
Par: Rodérick Bouchard
B.Sc., Microbiologiste Agrée

Portrait d’Aspergillus

Dans cet article, nous explorerons plus en détails la moisissure Aspergillus. Cet article est séparé en trois sections car l’Institut National de Santé Publique du Québec (INSPQ) a identifié en particulier trois espèces d’Aspergillus pouvant causer des problèmes de santé au Québec. Nous regarderons plus en détails les trois espèces suivantes: Aspergillus fumigatus, Aspergillus flavus et Aspergillus niger. Pour vous donner une idée générale de l’Aspergillus, c’est un mycète dont on dénombre plus de 200 espèces, dont 40 sont documentées comme étant une cause d’infection pour l’homme, selon l’INSPQ. On retrouve celle-ci dans les sols et la matière organique principalement. Cependant, elle peut se retrouver aussi dans l’eau et la nourriture. La gamme de couleur varie selon l’espèce, les colonies peuvent être blanches, jaunes, vertes ou noires. Voyons voir ces trois espèces de plus près.

1. Aspergillus fumigatus – Portrait

L’Aspergillus fumigatus est l’espèce la plus importante en ce qui attrait les problèmes de santé. Elle est associée à l’aspergillose, maladie pulmonaire qui est très opportuniste (nous en reparlerons tantôt). Présentement, vous pourriez avoir des spores Aspergillus dans les poumons sans le savoir car les défenses immunitaires du corps pourront l’éliminer. C’est pourquoi ces spores sont dit opportunistes, ils attendent que le système immunitaire faiblisse pour frapper.

De ce fait, les personnes immunodéprimées ou qui ont des troubles respiratoires sont vraiment vulnérable à ce type de spores. C’est pourquoi le moment de l’inhalation devient un facteur chez une personne en santé car si l’inhalation se fait pendant un moment de faiblesse du système immunitaire, il y aura infection ce qui explique pourquoi Aspergillus est aussi considérée comme une cause de maladie nosocomiale, c’est-à-dire une maladie contractée lors d’un séjour à l’hôpital. De plus, ce mycète est thermorésistant et sa présence est un indicateur d’un milieu malsain comme Stachybotrys, vu ces conditions de croissance.

Voici des photos montrant la vision macroscopique et microscopique d’Aspergillus fumigatus

Aspergillus fumigatus sur pétri et sur un panneau cartonné

 

Comme vous pouvez l’observé, Aspergillus a une forme qu’on peut dire « laineuse ». Les colonies de cette espèce varient entre la couleur bleu-vert à une teinte grise.

Aspergillus fumigatus vu du microscope électronique

 

Condition de croissance d’Aspergillus fumigatus

Ce mycète est thermo-tolérant et thermophile. Il peut pousser à des températures variant entre 12°C et 57 °C. Il atteindra une croissance optimale dans les températures variant entre 37°C et 43°C. L’humidité doit être relativement élevé pour qu’il y est croissance d’Aspergillus fumigatus tout comme la disponibilité en eau libre. En effet, on parle d’une disponibilité en eau libre entre 0,82 et 0,97. Elle pourra se développer que si l’activité d’eau libre atteint le 0,9. Ce taux élevé est atteint d’habitude dans les résidences qui ont fait l’objet de dégât d’eau ou qui ont été abandonné, d’où le statut de cette moisissure comme étant un indicateur de milieu malsain si celle-ci parvient à croître. On parle d’un taux élevé à ce chiffre car le maximum d’eau libre possible est de 1. Finalement, cette moisissure n’est pas très sélective pour ces substrats, donc elle aura de bonne chance de pousser si ces conditions de croissance sont remplies.

2.Portrait d’Aspergillus flavus

Cette deuxième espèce d’Aspergillus est très connue dans le domaine agroalimentaire. C’est un mycète phytopathogène qui s’attaque aux récoltes de maïs et d’arachide. En effet, il pousse aussi sur les graines, le sol et les dérivés du céréale pour nommer quelques exemples. En plus d’être présent dans la nourriture, il peut aussi être présent dans plusieurs matériaux de construction, tels que le bois, le cuir, les textiles, le papier, les matériaux synthétiques de vernis ou ciré pour en nommer quelques-uns, sans compter qu’on peut le retrouver dans la poussière et les systèmes de ventilation. C’est le 2e plus pathogène des Aspergillus, le 1er étant fumigatus.

Voici des photos montrant la vision macroscopique et microscopique d’Aspergillus flavus.

Aspergillus flavus sur du textile

 

Les colonies sont de couleurs vertes-jaunes à vertes olives. Le revers de celle-ci peut être incolore, beige claire, rosâtre à brun-rouge.

Aspergillusflavus prise au microscope optique à 1000X.

.

Condition de croissance d’Aspergillus flavus

Aspergillus flavus est un mycète mésophile pouvant pousser à des températures variant entre 17°C et 48°C. Il atteint une croissance optimale dans les températures variant entre 25°C et 42°C. L’humidité relative doit être entre 80 et 85% et l’activité de l’eau libre, il atteint une croissance optimale entre 0,86 et 0,96, mais il y a d’autres avis qui disent que celle-ci devrait être entre 0,78 et 0,80. On peut voir que ses exigences de croissance sont moins élevées que le fumigatus.

3.Portrait d’Aspergillus niger

La dernière espèce que nous examinerons plus en détails est cosmopolite et très répandue. Aspergillus niger peut pousser dans le sol, la matière organique et même survivre dans les milieux marins. Pour ce qui est des maisons, elle peut se retrouver sur les matériaux de constructions humides et dans les systèmes de ventilation. Elle n’est vraiment pas discriminateur pour le milieu, tant que les conditions pour sa croissance sont présentes et elle peut se développer sous forte lumière. Un lieu où vous ne voulez pas la retrouver est dans le cuir, car elle décompose la fibre interstellaire de celui-ci, lui faisant perde son gras, le rendant plus dur et se faisant, le cuir perd ses propriétés physiques qui le rendent durable. Même si elle n’est pas aussi fameuse pour son pouvoir pathogène que fumigatus, elle reste tout de même un danger pour la santé.

Voici des photos montrant la vision macroscopique et microscopique d’Aspergillus niger

Aspergillus niger sur du textile

Comme son nom l’indique, les colonies d’Aspergillusniger sont noires, parfois brunes, ce qui peut amener à la confondre avec Stachybotrys chartarum. Pour être en mesure de faire l’identification, il faudra regarder la colonie au microscope afin de confirmer l’identité du genre de moisissure. Certains Penicillium peuvent aussi avoir des colonies noires, ce qui démontre pourquoi il est difficile d’identifier les moisissures à l’œil nu.

De plus, il est bon de savoir que ce n’est pas le seul Aspergillus à avoir des spores noires. A. tubingensis, A. foetidus, A. carbonarius et A. awamor ont tous aussi des spores noires. En effet, il existe d’autres tests une fois que l’on a classé que c’est bien un Aspergillus afin d’identifier l’espèce. Finalement, le mycélium est soit incolore, blanc ou jaune.

Aspergillus niger vu au microscope optique

Condition de croissance

Aspergillus niger est aussi un mycète mésophile pouvant pousser à des températures variant entre 20°C et 40°C. Il atteindra une croissance optimale à 37°C. Ensuite, il se développera dans des milieux ayant des activités en eau libre à 0,77. De plus, on considère cette espèce comme étant xérophile, c’est-à-dire capable de survivre dans des lieux pauvres en eau. Finalement, il est capable aussi de se développer à des humidités relatives variant de 90 à 100 %.

Risque pour la santé

Les risques pour la santé sont semblables pour toutes les espèces d’Aspergillus. Cependant, leur pouvoir pathogène n’est pas le même. Les symptômes principaux liés à ce genre de moisissure sont surtout de nature respiratoire. De plus, il se peut que ces symptômes apparaissent plus tard après l’inhalation étant donné que ce mycète est dit opportuniste, il va attendre un moment de faiblesse du système immunitaires. Il est donc très dangereux pour les personnes ayant des systèmes immunitaires fragiles, tels que les bébés, les personnes âgées, les personnes immuno- déficientes et les personnes ayant des troubles respiratoires au préalable.

Parmi ceux-ci on peut compter les suivants:

  • Aspergillose
  • Symptômes associés au rhume et à la grippe
  • Réaction allergique
  • Asthme
  • Empoisonnement alimentaire si consommé dans des aliments à varier.

Aspergillose ?? Ça mange quoi en hiver?

L’aspergillose est une maladie pulmonaire provoqué par l’inhalation de spores d’Aspergillus. Ces spores peuvent se rendre très loin dans l’arbre pulmonaire, jusqu’aux alvéoles. Une forte inhalation causera des réactions allergiques, dû aux toxines produites causant la réaction jusqu’à l’élimination. Sinon, on parle de deux types d’aspergillose:

  • Le premier est l’aspergillome pulmonaire. Le champignon profite d’une faiblesse aux poumons ou des sinus, il y aura formation d’une boule composée de filaments fongiques et de cellules sanguines. Si la boule est au niveau des sinus, il y aura une sinusite et les symptômes seront les mêmes. Si elle touche les poumons, les symptômes seront semblables à ceux de l’asthme et les insuffisances respiratoires ici peuvent être très graves.
  • Le deuxième est l’aspergillose invasive. C’est le plus dangereux des deux types. Il s’agit du même type d’infection, mais dans ce cas, elle envahit rapidement les poumons et se propage par le sang dans d’autres organes (cœurs, foies, cerveau). Cette situation touche principalement les gens ayant une déficience immunitaire.

L’inhalation par les voies respiratoires est la principale source, mais elle n’est pas la seule façon. Exceptionnellement, l’ingestion d’aliment infecté, le contact avec les spores en possédant une plaie ouverte, soit par l’œil lors d’un traumatisme ou une lésion au niveau du canal auditif au préalable avant le contact avec les spores peuvent entraîner une infection.

Aspergillose, Se méfier de qui?

Des trois espèces examinées, A. fumigatus est la plus dangereuse à ce sujet car ces spores sont très volatiles et peuvent pénétrer très loin dans les poumons. Ensuite, A. Flavus est la deuxième, puisqu’elle peut aussi se rendre loin dans le poumon, mais les spores sont un peu moins volatile. Finalement, Aspergillus niger est l’espèce la moins pathogène des trois vues. Cependant, elle peut tout de même causer des problèmes étant donné qu’elle peut provoquer l’aspergillose du conduit auditif externe chez les sujets présentant une lésion préalable du conduit auditif ce qui peut provoquer des mycoses pulmonaires.

Comment savoir si Aspergillus se trouve dans mon logement?

  • Inspection visuelle. La grande gamme de couleur d’Aspergillus fait en sorte qu’il est difficile de l’identifier à l’œil nu. Cependant, sachez qu’une colonie de moisissure visible n’est pas bonne, peu importe l’espèce et qu’en voir n’est pas un bon signe pour l’habitation.
  • Comme toutes les moisissures, elle a une odeur de terre, de moisi, de renfermé. Si vous sentez cette odeur dans une pièce de maison, c’est un signe qu’il y a une possible croissance.
  • L’apparition de problèmes respiratoires chroniques ou de symptômes liés à cette moisissure peut-être un signe que vous êtes en sa présence.

Dans le doute:

Si vous avez des doutes, nous pourrons faire une évaluation à savoir s’il y a bien présence de Aspergillus niger à votre domicile. Dans ce cas, notre équipe de professionnel sait comment l’éliminer sans risque pour votre santé.

Vous pouvez nous joindre par téléphone au (418) 476-0360 ou par courriel à infos@decontaminationquebec.com. Il nous fera plaisir de vous aider.

 

Bibliographie

Institut de santé centrale du Québec, https://www.inspq.qc.ca/moisissures/fiches/aspergillus-fumigatus, https://www.inspq.qc.ca/moisissures/fiches/aspergillus-flavus, https://www.inspq.qc.ca/moisissures/fiches/aspergillus-niger, page consulté le 22 et 23 juin 2017, Mise à jour le 28 juillet 2016

Agence de la santé publique du Canada, http://www.phac-aspc.gc.ca/lab-bio/res/psds-ftss/aspergillus-spp-fra.php, Consulté et Mise à jour le 10 novembre 2011

Dr Jackson Kung’u, Aspergillus fumigatus, https://www.moldbacteria.com/mold/penicillium.html, Mold and Bactéria Consulting Laboratories, consulté le 22 juin 2017

Bennington-Castro J. What Is Aspergillus Fumigatus?, http://www.everydayhealth.com/aspergillus/guide/, Consulté le 22 juin 2017, mise à jour le 08 juillet 2015,

Ward J. Mold busters, Aspergillus fumigatus,https://www.bustmold.com/resources/mold-library/aspergillus-fumigatus/, consulté le 22 juin 2017, publiée le 25 mars 2014

Yuri, Aspergillus flavitus, http://thunderhouse4-yuri.blogspot.ca/2012/02/aspergillus-flavus.html, consulté le 22 juin 2016, publié le 4 février 2012

Université de Bretagne-Occidentale, fiche pratiques aspergillus flavius, http://www.univ-brest.fr/esiabscientifique/Mycologie/Les+fiches+pratiques/A.+flavus, consulté le 22 juin 2017, fiche pratiques aspergillus niger, http://www.univ-brest.fr/esiabscientifique/Mycologie/Les+fiches+pratiques/aspniger, consulté le 23 juin 2017,

Zamora J., Aspergillus niger, not youreverydaymold, http://blogs.evergreen.edu/fungalkingdom/aspergillus-niger-not-your-everyday-mold/, publié le 10 mars 2014, consulté le 23 juin 2017